Customize

[Owni/DPI] Amesys surveille aussi la France

Discussion in 'Anonymous Pour la Liberté d'Expression' started by Vigdis, Oct 18, 2011.

  1. Roger.Guy Member

    http://reflets.info/richard-stallman-met-les-pieds-dans-la-societe-de-la-surveillance/
    Richard Stallman met les pieds dans la société de la surveillance

    4 mai 2012
    Par Fabrice Epelboin

    RMSBULL-250x156.jpg Faire une intrusion informatique « in real life », c’est le concept d’une ‘intervention artistique’ à laquelle s’est livré Richard Stallman lundi à Tunis, dans les locaux de Bull/Amesys.
    Un petit ‘happening’ LULZ imaginé autour d’un barbecue dans les hauteurs de Sidi Bou Said – au sein d’un hackerspace – et executé le lendemain, au siège social de Bull, à Tunis, où Stallman incarnait Saint IGNUcius de l’église des Emacs.
    Bull est l’un des plus gros marchands d’armes numériques de la planète, fournisseur de solutions de surveillance globale, capables de mettre sur écoute un pays tout entier.
    L’entreprise, dont l’Etat Français possède une large part du capital, s’est fait connaitre des amateurs de politique en apparaissant dans l’affaire Takkiedine sous la marque Amesys, dans un contrat de vente d’armes avec le colonel Kadhafi. Elle fourni également des pays comme le Qatar, le Gabon, le Maroc ou la France, mais pas que.
    Mais Bull reste très discret, et beaucoup trop technique, pour que les journalistes ne comprennent quoi que ce soit à ces technologies de pointes, installées un peu partout en Afrique et au Moyen Orient… et en France.
    Discrets également : les politiques. En Tunisie, au Maroc, en France, et ailleurs : personne quand il s’agit de s’expliquer sur la présence de telles installations sur leur territoire. Sur les usages qu’ils comptent en faire à l’encontre de leurs populations. Sur ce que l’ont peut entendre par respect des Droits de l’Homme en ligne. Sur le modèle de société numérique qu’ils comptent imposer à l’aide de ces armes à leurs citoyens.
    Devant un tel silence, on a décidé de faire du bruit.

    (une version broadcast est à la disposition de la presse sur simple demande, cette vidéo est sous licence Creative Commons By, vous êtes libre de la distribuer, de la rediffuser, de la modifier, etc, etc)
  2. L1sAZE Member

    C'est le genre de truc que je faisais, (fort longtemps) mais là ça prend tout de suite un autre impact, nous ça parlait pas à grand monde "une attaque informatique irl" et ça tenait plus de la perfo qui parle qu'à tes 3 pôtes ... mais c'est déjà ça :p (au moins on faisait chier)
  3. Roger.Guy Member

    Faut rien lacher.
  4. Roger.Guy Member

    Ca continue de tomber (de partout) on dirait
    __________________________________
    http://www.atlantico.fr/pepites/sur...-enquete-societe-francaise-amesys-366711.html
    Surveillance en Libye : enquête sur la société française Amesys

    Une information judiciaire a été ouverte pour complicité d'actes de torture, visant la société qui aurait vendu au régime du matériel d’écoute.

    La société Amesys est accusée d’avoir vendu au régime Libyen du matériel d’écoute qui aurait servi à surveiller la population libyenne à partir de 2008.

    Un logiciel d'interception massive des communications sur internet, baptisé Eagle, aurait permis une interception systématique de l'ensemble des communications internet de la population libyenne, contrairement aux outils d’interceptions sporadique utilisés dans les démocraties.

    Une information judiciaire a été ouverte à Paris pour complicité d'actes de torture en Libye visant cette filiale de Bull, ont annoncé la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et la Ligue des droits de l'homme (LDH) dans un communiqué.

    Les deux ONG avaient déposé plainte avec constitution de partie civile en octobre 2011 "pour des faits commis à travers la fourniture au régime de Kadhafi, à partir de 2007, d'un système de surveillance des communications destiné à surveiller la population libyenne", ont-elles rappelé.
    • Like Like x 1
  5. Orphée Member

  6. Roger.Guy Member

    Tout est bon à prendre dans ce genre d'histoire.
  7. Roger.Guy Member

    http://www.numerama.com/magazine/22...e-une-enquete-pour-complicite-de-torture.html
    Amesys : le parquet ouvre une enquête pour complicité de torture

    Le parquet de Paris a confié lundi à une magistrate spécialisée dans la lutte contre les crimes contre l'humanité l'ouverture d'une enquête préliminaire à l'encontre d'Amesys. La filiale de Bull est soupçonnée de s'être rendue complice d'actes de tortures contre les dissidents du régime de Mouammar Kadhafi en vendant une solution d'espionnage des internautes libyens.
    [IMG]
    La pression monte contre Amesys, la filiale de Bull accusée d'avoir fourni au régime du colonel Kadhafi des outils technologiques lui permettant d'espionner les communications électroniques des Libyens. Une information judiciaire a été ouverte lundi par le parquet de Paris à l'encontre d'Amesys, pour complicité d'actes de tortures.
    L'enquête a été ouverte suite à la plainte qu'avaient déposé en fin d'année dernière la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) et la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), avec constitution de partie civile. La filiale du groupe français Bull est accusée d'avoir fourni à la dictature les outils de surveillance des internautes libyens, qui lui ont permis de démasquer et de torturer des opposants au régime.
    L'affaire avait été révélée pour la première fois par le Wall Street Journal en août 2011, lorsque le système Eagle vendu par Amesys avait été découvert en Lybie, après la chute de Kadhafi. Le programme permettait au régime de déployer un dispositif d'inspection profonde des paquets (DPI) pour identifier les dissidents et intercepter leurs communications sur Internet. La filiale de Bull proposait ainsi d'agir "sur les protocoles les plus couramment utilisés : mail (SMTP, POP3, IMAP), les webmails (Hotmail, Yahoo Mail, Gmail...), les discussions sur réseau IP (RTP, SIP, H.323...), les logiciels de discussion instantanée (MSN, Yahoo!, AIM...), les échanges de fichiers P2P et la navigation web".
    L'Express précise que "le dossier a été confié à Céline Hildenbrandt, juge d'instruction au nouveau pôle judiciaire spécialisé pour les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre".
    L'affaire pourrait rejaillir sur Nicolas Sarkozy, dont les liens avec le régime de Mouammar Kadhafi sont l'objet de plusieurs investigations, aussi bien journalistiques que judiciaires. L'Etat français est en effet soupçonné d'avoir sciemment fermé les yeux sur l'exportation du système Eagle vers la Libye. L'ancien gouvernement a rejeté ces accusations en expliquant que l'autorisation d'exportation n'était pas juridiquement requise. La raison d'Etat semble l'avoir emporté sur ce dossier sensible, qui fragilise la position de la France en tant que défenseur des Droits de l'Homme dans le monde. Le groupe socialiste du Sénat, dont la majorité lui permettait de provoquer l'ouverture de la commission d'enquête écartée à l'Assemblée Nationale, s'est abstenue de bouger. Quant à François Hollande, il n'a jamais abordé l'affaire publiquement.
    Mais avec l'ouverture de l'enquête préliminaire, l'affaire quitte le terrain politique pour devenir une affaire judiciaire. De quoi permettre peut-être de faire la lumière sur la connaissance qu'avait Bull des activités de sa filiale, sur les connaissances qu'avait Amesys de l'utilisation d'Eagle par le régime de Kadhafi, et sur les connaissances qu'avait l'Etat français de l'exportation d'Eagle en Libye.
    Dans un documentaire diffusé sur France 2, cité par Owni, le directeur commercial d'Amesys Bruno Samtmann avait expliqué qu'Eagle avait été "imaginé pour chasser le pédophile, le terroriste, le narcotrafiquant", et qu'il avait été "détourné" de sa finalité par la Libye. Le contrat aurait été "signé avec le diable", mais "ce n'est pas moi qui l'ait signé", se défendait-il.
    En mars dernier, Bull a annoncé qu'il avait "signé un accord d’exclusivité pour négocier la cession des activités de sa filiale Amesys relatives au logiciel Eagle".
    _____________________________________________________________________
    ...une magistrate spécialisée dans la lutte contre les crimes contre l'humanité ...

    :eek:
    Si il y a une accusation, ça cogne "crime contre l'humanité".
    Si il y a condamnation ultérieurement, ça fait une grosse tache dans le casier judiciaire.
    Quelque chose me dit qu'on a pas finit d'entendre parler de la Libye avec des connections entre certains dossiers ...
    (l'alibi de La lybie, ce n'est pas piqué des vers on dirait)
    cf. : http://www.lemonde.fr/libye/article...1496980.html#ens_id=1705045&xtor=RSS-3208
  8. L1sAZE Member

  9. L1sAZE Member

  10. Roger.Guy Member

    • Like Like x 1
  11. Roger.Guy Member

    Et oui :)

    http://reflets.info/amesys-et-la-torture-en-libye-la-justice-sen-mele-et-apres/
    Amesys et la torture en Libye : la justice s’en mèle. Et après ?

    22 mai 2012
    Par kitetoa

    sarko-bullshit-250x167.jpg Une information judiciaire est ouverte contre Amesys pour complicité d’actes de tortures en Libye après une plainte de la FIDH, et disons-le, c’est assez logique. Souvenez-vous, les 22 et 26 février 2011, Reflets lançait ce qui allait devenir l’AmesysGate. Sur la base de nos informations, Owni enfonçait le clou et nommait l’entreprise dont nous parlions. Peu après, le Wall Street Journal tombait sur le QG d’Amesys à Tripoli et dévoilait les tonnes de dossiers constitués sur des opposants par les sbires d’Abdallah Senoussi et du colonel Kadhafi. Mais aussi, le logo de l’entreprise Amesys. Le WSJ relevait également (il sera dévoilé plus tard) sur les murs le nom du salarié d’Amesys qui était le contact des Libyens en cas de problème technique : Renaud Roques.
    En dépit d’une bonne grosse avalanche de révélations dans toute la presse (voir les articles de Jean-Marc Manach et son livre « Au pays de Candy », ceux de Mediapart sur Ziad Takieddine ) et sur Reflets, rien ne se passait. Le parquet s’était assis sur la première plainte déposée contre Amesys. Les implications de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, Brice Hortefeux et Ziad Takieddine n’aidaient pas la justice à faire son travail sereinement. Un juge d’instruction qui ouvrirait le paquet Amesys serait confronté à une véritable boite de Pandore.

    pandore.jpg
    Amesys, est un pivot du complexe militaro-industriel.
    Bull, sa maison mère est au cœur de certains projets humides des services secrets français. Creuser dans ce marigot, c’est pointer des projecteurs sur toute une flopée d’activités qui sont plus coutumières de l’ombre et le silence.
    On verra ce que donnera cette instruction. Un procès se tiendra-t-il ? Pour quels motifs Amesys sera-t-elle (peut-être) renvoyée devant un tribunal ? Les salariés (les fameux dix) seront-ils inquiétés ? Sans eux et sans leur empressement, pas de Eagle, pas de vente dans des pays riants. La boite de Pandore sera-t-elle ouverte et tous les maux se répandront-ils sur la terre ? Ou alors, la Justice se cantonnera-t-elle à traiter le cas de complicité de torture en Libye, ne recherchant que la responsabilité de l’entreprise Amesys ? Il y a tant d’autres sujets à creuser et de responsabilités à rechercher, notamment celle de Philippe Vannier, actuel patron de Bull mais, à l’époque, patron d’Amesys et acteur majeur de cette vente à Kadhafi. L’ »avenir » post ouverture de l’information judiciaire est détaillé de manière très intéressante par @marcolanie sur Cnis-Mag

    philippe-vannier-550x316.jpg
    On pourrait bien entendu se dire qu’avec l’alternance politique en cours, les freins liés à l’implication évidente de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy dans toutes ces histoires seront levés.
    Rien n’est moins sûr.
    Fleur Pellerin aux abonnées absentes

    Il y a quelques jours, Reflets envoyait les tweets suivants :
    twitter-fleur-francois.png
    La très connectée Fleur Pellerin n’a évidemment rien répondu. Pas plus que l’équipe twitter de François Hollande pourtant si prompte à enquiller les messages en forme de truismes.
    Chez Amesys, c’est toujours « business as usual ».
    Toutes les entreprises du complexe militaro-industriel qui faisaient des affaires avec cette société et sa galaxie (Elexo par exemple) avant que n’éclate l’AmesysGate, continuent leur petit business, comme si de rien n’était. Les Cassidian, Sagem, Dassault, la DGA, Thales, Alcatel, MBDA, Ineo Défense, le ministère de la Défense, par exemple, ne voient aucune raison de mettre fin à leur petit commerce avec la galaxie Bull/Amesys. Complicité de torture ? Où ça ? Présomption d’innocence, toussa. Et puis, tout ça, c’était de la chasse au pédophile. Rien de plus.


    Le projet d’Eagle au Maroc est toujours d’actualité et Alten participe à l’équivalent de ce qui vaut aujourd’hui à Amesys d’être au cœur d’une information judiciaire pour complicité d’actes de tortures. Au MAroc et au Qatar.
    Think twice, Alten…
    La société ServiWare, filiale de Bull également, qui a quant à elle fourni le matériel nécessaire à l’implantation du Eagle marocain. Complicité future ? Principe de précaution, toussa. Ce serait mieux d’y réfléchir avant parce que dans quelques mois Philippe Vannier va annoncer qu’il vend ServiWare, comme il a annoncé qu’il vendait l’activité Eagle d’Amesys (salauds de journalistes anarcho-gauchistes qui empêchent de faire du business en rond…).

    View attachment Le-Canard-enchai%CC%82ne%CC%81.11-12-07-550x437.jp
  12. Roger.Guy Member

    SUITE
    http://reflets.info/amesys-et-la-torture-en-libye-la-justice-sen-mele-et-apres/
    Nos amis du Qatar sont également équipés. Amesys est payée régulièrement par le State Security Bureau pour cela. Le State Security Bureau est une entité indépendante mise en place en 2003, qui ne rend de comptes qu’à l’Emir du pays et qui lutte, notamment, contre le terrorisme et le blanchiment d’argent sale. Sa latitude dans le choix de ses enquêtes est totale. Une véritable entité démocratique, en quelque sorte.
    Chacun sait aujourd’hui la proximité entre Nicolas Sarkozy et les dirigeants du Qatar, mais l’ouverture de la boite de Pandore Amesys pourrait peut-être les faire apparaître sous un jour nouveau.
    Avez-vous lu dans un journal français une reprise des informations de Reflets sur le Maroc ? Sur le State Security Bureau ? Sur les quasi 130.000 euros versés par Amesys au festival mondial des arts nègres ? Sur les 3000 euros en liquide opportunément retirés par Amesys en janvier 2011 pour un voyage en Libye alors que la révolution commençait ? Etc.
    La liste est longue et montre qu’en dépit de l’ouverture de l’information judiciaire contre Amesys, il reste un long chemin à parcourir avant que toute la lumière soit faite sur cet exportateur du concept de Droits de l’Homme à la française. Ne parlons même pas du processus qui a permis à Amesys (et à Philippe Vannier) de prendre le contrôle de Bull.
    Autre sujet de réflexion : à partir de quand peut-on parler de torture ? La Libye, visiblement, selon la justice torturait. Le Qatar torture-t-il ? Le Maroc ? Les Emirats Arabes Unis ?
    Un projet Eagle d’Amesys en France : qui en parle ?

    Vient ensuite le sujet de l’article 226-1 du Code Pénal pour ce qui est de la France. Car, oui, il existe un projet Eagle d’Amesys en France. Pour quoi faire ? La nouvelle majorité qui nous a vendu le “changement” va sans doute éclairer les Français sur ce point dès demain matin.

    [IMG]
    Et puisque l’on est au cœur d’un sujet passionnant, nous avons une série de questions pour le Président François Hollande, les ministres et sous-ministres concernés, comme Fleur Pellerin :
    • Le gouvernement français autorise la vente de logiciels de surveillance globale des communications en Libye, en Syrie, au Maroc, etc. Continuerez-vous à soutenir ces régimes autoritaires via la vente par la france de technologies de surveillance ?
    • Le FSI a pris des participations non négligeables dans Qosmos et Amesys, deux sociétés qui ont vendu des outils de surveillance à la Syrie et à la Libye. Pensez-vous qu »il faille revoir les méthodes de décision pour les aides apportées par le FSI ? Comment ?
    • Allez vous poursuivre le fichage généralisé de la population Française ou mettre fin a ce projet ? (fichiers policiers, papiers d’identité biométriques, Eagle, etc.).
    Pour finir, la bonne nouvelle vient d’Amesys, une fois n’est pas coutume.
    Selon Le Monde, « Amesys affirme son souhait de « pouvoir rapidement informer le magistrat instructeur de la réalité du dossier ». La société ajoute qu’elle « tient à disposition tous les éléments qui seraient jugés nécessaires par le magistrat pour la parfaite compréhension des faits », sans toutefois détailler ces éléments ».
    Si l’on est pessimiste, on se dit qu’Amesys va apporter au juge les preuves que les (maintenant) ministres ou ambassadeurs Libyens dont les noms figurent dans le manuel de l’utilisateur d’Eagle fourni aux Libyens étaient des pédophiles. Si l’on est optimistes, ce que nous sommes, Amesys va apporter au juge des informations sur les conditions réelles du deal et les appuis/pressions politiques qui l’ont entouré.
    Saloperie de boite de Pandore…
    ________________________________________________________________________
    C'est vrai que si d'un coté ils essaient de faire chier ceux d'en façe avec ça, les autres vont leur rappeller l'histoire des frégates de Taïwan (où tout le monde est mouillé jusqu'au coup)... ambiances :confused:
    _________________

  13. Stila Liev Member

    J'espère qu'il achève le fichage des Anonymous.
    Il est si ennuyeux de garder une trace de tous mes pseudos.
    • Funny Funny x 1
  14. Roger.Guy Member

    :D

    Eagle : on voit ton cul !
    :)
  15. Roger.Guy Member

    de l'ensemble de la population.
    :)

    Eagle ; ça fait trop pour un job de corbeau ....
  16. Stila Liev Member

    Je regarde, et ne voient pas d'Eagle, pas de corbeau.
    Vous êtes tombés dans la paranoïa, cher Rager.

    [IMG]
  17. Roger.Guy Member

    Peut-être pas pour l'ensemble de la population mais que eagle n'a jamais servi sur le territoire français ....
    are you Sure ?
    Dear stila :)

    Edit
    Les mystérieux screenshots d’Amesys : des écoutes sauvages en plein Paris ?
    cf . : http://reflets.info/amesys-ecoutes-sauvages-paris-champs-elysees/

    #18
    Les grandes oreilles du renseignement français made in Amesys
    Le ministère de l’Intérieur, aussi
    cf. : http://owni.fr/2011/10/18/amesys-surveille-france-takieddine-libye-eagle-dga-dgse-bull/
    #1
  18. Stila Liev Member

    Il a promis de ne pas me blesser.
    Je pense que je suis en sécurité.

    edcdd4cc3eda79689473-LL.jpg
    • Like Like x 2
  19. Roger.Guy Member

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croit ...
    :)

    Il y en a plein qui pensent comme ça...
    J'ai fait des promesses aux quelles j'ai cru...
    (5 ou 6 ans à être engagé dans "sa tête" .... #siyenaunkibougejfaisuneconnerie)
    Il parait qu'il y a de très bons médicaments, pour en sortir
    (dans le pire des cas, si il s'est rien passé de grave)
    • Disagree Disagree x 1

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins