Customize

François Hollande évoque « les nouvelles menaces d’internet »

Discussion in 'Anonymous Pour la Liberté d'Expression' started by berurier, Mar 6, 2014.

  1. berurier Member

    On dirait du Sarkozy dans le texte :confused:

    Mardi soir, le chef de l’État était invité au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). De la même manière que lors de ses dernières rencontres avec les autorités religieuses (voir ici et ), le président n’a pu faire l’impasse sur les problèmes d’antisémitisme sur Internet. François Hollande est ainsi revenu sur « les nouvelles menaces d’internet ».

    Tandis que son prédécesseur affirmait sans vergogne qu’il souhaitait « civiliser » Internet, François Hollande a fait des « sorties » remarquées ces derniers mois, s’en prenant notamment à « la tranquillité de l’anonymat » qui règnerait parfois selon lui sur le réseau. Évoquant mardi « les nouvelles menaces d’internet », le président a présenté le numérique comme un « outil merveilleux de diffusion et d’échange ». « Mais comme le livre avant lui, le numérique peut aussi servir de déversoir à l’intolérance, à l’injure, à l’endoctrinement » a néanmoins regretté le chef de l’État.

    Quand bien même le locataire de l’Élysée a pris le soin de préciser que, comme pour le livre, « ce n’est pas l’instrument qui est en cause, c’est la thèse qui est diffusée », l'intéressé a toutefois continué sur un ton relativement anxiogène : « C’est cela le risque d’internet. C’est la multiplication, c’est le déversement, c’est la diffusion à un niveau jusque là jamais atteint de mensonges et d’insultes. »
    Le président veut des « règles » spécifiques au numérique

    Et qui dit problème, dit solution à mettre en avant... « Le numérique doit donc avoir ses règles » a ainsi martelé le président. Ce dernier a tout particulièrement visé « les fournisseurs d’accès et les opérateurs », qui « doivent les respecter sans que l’extraterritorialité ne puisse constituer une excuse », même si, en l’occurrence, les acteurs connus pour traîner des pieds sont principalement des hébergeurs situés aux États-Unis (Facebook, Twitter,...), et non des opérateurs ou des FAI à proprement parler. « Si l’on arrive à lutter contre les images pédophiles, nous devons aussi réussir à lutter contre les messages délibérément racistes et antisémites » a également souligné le chef de l’État.
    Les mises en garde du Conseil national du numérique restent dans le placard

    L’on retiendra surtout qu’en déclarant que le numérique doit avoir ses propres règles, l’exécutif prend le parfait contrepied du Conseil national du numérique. Interrogé justement à propos des contenus et comportements illicites sur Internet, l’institution répondait en décembre dernier qu’il importait « de ne pas céder à la facilité d'isoler systématiquement le numérique dans la législation ». Le CNNum plaidait plutôt pour une meilleure prise en compte des signalements, ainsi qu’une médiation avec les internautes.

    « Les comportements et activités qui promeuvent l’incitation à la haine, à la violence et la discrimination envers les personnes, en raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur handicap, de leur religion, de leur origine ethnique, existent sur les réseaux numériques parce qu'ils existent dans la société. Il faut les combattre globalement, en ligne et hors ligne » affirmait sans ambiguïté le CNNum dans son avis (PDF). L’organe, purement consultatif, craignait qu’en multipliant les régimes d'exception, les pouvoirs publics réduisent « la cohérence des lois, au risque de rendre le système législatif incompréhensible, voire de porter atteinte à notre cadre de protection des libertés fondamentales ».
    Dans l'attente des conclusions du groupe de travail sur la cybercriminalité

    Pour ébaucher ces nouvelles règles propres au numérique, François Hollande a fait référence au groupe de travail interministériel relatif à la cybercriminalité, dont les conclusions sont toujours attendues. Le président a en effet expliqué avoir « demandé au gouvernement de [lui] faire rapidement des propositions pour améliorer notre réactivité et éventuellement notre appareil répressif par rapport au développement de la cybercriminalité ». Les conclusions des travaux menés par le magistrat Marc Robert devront dans ce cadre se pencher sur la façon dont les autorités pourraient « inciter les sociétés à coopérer dans la lutte contre les tweets à caractère raciste et antisémite ».

    Sauf que « rapidement » n’était pas forcément le terme adéquat... En effet, ce groupe de travail interministériel relatif à la cybercriminalité fut tout d’abord évoqué en janvier 2013. Manuel Valls assurait alors qu’il devrait rendre des conclusions « dans un délai resserré ». Finalement, ce n’est que pour novembre que ce rapport était attendu. Depuis, il est sans cesse reporté : tout d’abord à février 2014, puis pour la fin mars (et ce alors que le Premier ministre l’avait annoncé le 20 février pour la semaine suivante...). Ces conclusions sont pourtant très attendues, puisqu’elles devraient inspirer plusieurs dispositions du projet de loi « numérique » qu’à promis de déposer le gouvernement d’ici cet été.
    La France veut continuer de jouer la carte de la coopération avec les géants du Net

    Évoquant la problématique relative à Twitter, le locataire de l’Élysée n’a pas manqué de vanter le bilan du gouvernement, monté sur ce créneau depuis plus d’un an maintenant. « Le gouvernement a négocié avec cette grande entreprise des engagements concrets : suppression des contenus illicites, gel des données d’enquêtes, déréférencement » a-t-il ainsi déclaré.

    Au cours de l’année 2013, la France a obtenu pour mémoire le blocage d’accès de 145 tweets - devançant ainsi tous les autres pays. Mais c’est au compte de « signalant prioritaire » accordé à SOS Homophobie par le célèbre réseau social que l’on doit ces résultats en matière de retrait de tweet et de déréférencement de hashtag. En outre, rappelons que ce compte permettant à certaines organisations de transmettre plus rapidement à l’entreprise américaine des propos ou contenus litigieux n’est pas proposé uniquement en France...

    François Hollande s’est quoi qu'il en soit voulu optimiste et volontaire : « Nous agirons de la même manière en France, en Europe et dans le monde face aux géants mondiaux du numérique pour aboutir à ce résultat ».

    xavier.jpg
    Xavier Berne

    Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

    Quand en plus on lit cet article c'est a se demander si les français ne regrette pas l'occupation :mad:

    La surveillance d'Internet « justifiée » pour une majorité de Français

    Le Monde.fr avec AFP | 25.02.2014 à 06h10 •

    La surveillance généralisée des échanges sur Internet, même si elle nuit « gravement » aux libertés individuelles, est « justifiée » pour 57 % des Français à des fins de lutte contre les organisations criminelles, selon le baromètre Orange-Terrafemina diffusé mardi 25 février.

    Pour la vingtième édition de ce baromètre sur les usages Internet des Français, consacré cette fois-ci à la collecte des données, 64 % des sondés ont estimé que leurs messages sont « enregistrés et stockés » lorsqu'ils téléphonent avec un mobile, et 74 % pensent la même chose du côté des SMS qu'ils envoient. Même fatalisme concernant les e-mails : 80 % des personnes interrogées pensent que les courriels qu'elles envoient à un particulier sont « enregistrés et stockés ».
    Lire : Ce que vos applications mobiles savent sur vous
    Lorsqu'ils effectuent des achats sur Internet, les Français sont 81 % à penser que les informations qu'ils transmettent à cette occasion sont « généralement transmises à des entreprises commerciales privées autres que celle par laquelle ils ont fait un achat », et 57 % pensent qu'elles sont transmises à « des organismes de surveillance » – telles l'Agence américaine de renseignement (NSA) ou la DGSE française.

    RENFORCER LES LOIS DE CONFIDENTIALITÉ
    Les sondés jugent à 59 % que la surveillance des agences étatiques « permet de lutter efficacement contre les organisations criminelles », même si elle « met gravement en danger les libertés individuelles » pour 70 % d'entre elles. Au final, invités dans la question suivante à peser le pour et le contre de la surveillance généralisée, les sondés la considèrent « justifiée » à 57 %, tandis que 41 % estiment « non justifiée cette surveillance, car elle met gravement en danger les libertés individuelles ».
    Malgré l'« inquiétude », donc (à 71 %), de cette collecte de leurs données, la résignation est de mise : 48 % des sondés pensent ainsi que « les innovations technologiques empêchent désormais la confidentialité des échanges sur Internet ». A l'inverse, ils sont 52 % à penser qu'une « volonté politique forte peut protéger la confidentialité des échanges privés sur Internet ».
    Cependant, à l'heure actuelle, les lois européennes concernant la confidentialité des échanges sur Internet ne sont « pas assez restrictives » pour 81 % des sondés, contre 14 % qui pensent qu'elles sont « comme il faut ». Récemment, le vote de la loi de programmation militaire a suscité la polémique, notamment son article 13, qui renforce l'accès des services de renseignement aux données téléphoniques et informatiques pour lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée.
    L'institut Polling Vox a interrogé en ligne 1 017 personnes âgées de 18 ans et plus selon la méthode des quotas, les 22 et 23 janvier.
    • Like Like x 2
  2. benjaltf4_ Member

    Tout ça pour l'histoire "#unbonjuif"
  3. Roger.Guy Member

    On s'en fout, c'est nous les chefs d'internet, pas lui. Il est juste chef de l'état. Il avait qu'à mieux choisir :D On va voir si je me fais arrêter ce soir (ça m'est arrivé une fois sous Sarkozy, pour l'instant ça fait 1-0 :p)
    • Like Like x 1
  4. berurier Member

    Moi c'est le contraire, bon nombre de manif sous Sarko sans être emmerdé et depuis que papy Hollande est là c'est la merde,plus moyen de bouger sans avoir les renseignements ou autre au cul ,voir même des amandes (90€ en aout 2012) devant le 69 rue Legendre :mad:. Ah ils sont beaux les Sociaux démocrate a la mord moi l'noeud.
    • Like Like x 1
  5. benjaltf4_ Member

    Le préfet de Paris semble-être un connard aussi.

    Il y a des bons flics à Paris, qui font bien leur boulot en respectant les lois tout en restant neutre vis-à-vis de la scientologie Nano & Béru voient de quoi je parle.

    Les flics, les préfets/sous-préfets/commissaires/brigadiers qui font mal leur boulot j'ai envie de leur chier dans la gueule.

    Pour revenir au sujet, si "pour eux" les "nouvelles menaces d'internet" sont des hashtags racistes/antisémites/xénophobes c'est que ce sont aussi des connards, les nouvelles menaces d'internet sont les moyens mis en place par certains crew de hackers/carders afin d'infiltrer un maximum de sociétés/gouvernements qui ont évoluées depuis 3 ans, mais sur cela, personne à les couilles d'aller mettre son nez dedans.

    Les hashtags racistes/antisémites/xénophobes sont des délits & doivent-êtres punis, mais le boulot des flics ne doit pas être dirigé par les hommes politiques (indépendance pouvoir executif-pouvoir judiciaire).

    Sur ceux, bonne nuit.
    • Like Like x 2
  6. Roger.Guy Member

    En tout cas préservez votre anonymat. Si on vous le grille, essayez de savoir qui, pourquoi, ... Puis vengez vous :) Surtout si certains pénètrent dans l'endroit où vous vivez (ainsi qu'une femme et un enfant) ... finissez les :) Si, ultérieurement des abrutis sifflent "on la connait ton histoire beau gamin " ===> chien, dans leur code. Abattez les (faut viser la tête). ..."capri, c'est fini" ... : intoxication grave aux spaghetti.
  7. Icon Member


    On nous fait avaler tellement de couleuvres qu'à la fin il y en a qui délaisse leur esprit critique et suivent la ligne. On s'étonne qu'après l'Histoire se répète. De toute façon, les gens se souviennent des dates d'armistice juste parce que c'est des jours fériés. Rare sont ceux qui se souviennent de l'Occupation, peu se rappellent de leurs cours dessus.
    • Like Like x 1
  8. et la police que fais la police elle aimerait qu'n lui donne des informations ...pendant ce temps la rue legen,dre au secte shop du 69 la nuit

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins